Depuis quelques semaines nombre de vos « amis facebook »  (comme environ 470000 autres personnes) semblent aimer des vidéos intitulées « Un couple baise dans le métro devant tout le monde », « Les vieux face à la technologie », « A voir, compilation ‘Les gens sont incroyables’ », « Faites rire votre bébé en déchirant du papier », « Vidéo choc – des gendarmes utilisent du gaz lacrymogène », etc. Alors à son tour on clique pour voir la vidéo dont le titre est aguicheur et que tant de monde recommande. Une fois redirigé sur une page extérieure à www.facebook.com, en l’occurrence likeloverr.com, il suffit de cliquer sur un bouton rouge et un vert pour passer le contrôle anti-robot et voir enfin la vidéo.

Première déception, la vidéo est nulle. Seconde déception, pour ceux qui sont attentifs seulement, leur profil Facebook est différent : maintenant ils aiment aussi la fameuse vidéo ! L’effet boule de neige est garanti ! Mais le problème est que l’internaute n’a pas voulu, ni donné consciemment son accord, à cette mention sur son compte Facebook.

Comment est-ce possible ?
Si l’on regarde le code source de la page, on peut voir qu’un bouton j’aime (like) est caché. Autrement dit, lorsque l’internaute clique sur le carré rouge et/ ou vert (prétendu être un anti robot), il clique sur le bouton « like » ou « j’aime » proposé par Facebook. Likeloverr.com trompe donc les utilisateurs en leur faisant croire qu’ils cliquent sur un banal carré de couleur alors qu’ils cliquent sur un lien Facebook.

Que faire ?
Dans ce cas il ne s’agit que de vidéos d’un goût parfois douteux, mais le même procédé pourrait être utilisé pour afficher d’autres contenus et l’on peut aisément imaginer les conséquences lorsque quelqu’un affiche sur son profil qu’il aime les propos racistes, qu’il a couché avec la femme de son patron ou préfère le concurrent de son entreprise, voire bien pire…

Pour éviter ces mésaventures, le mieux est de ne pas cliquer sur n’importe quoi. Solution difficile lorsque l’on est curieux, mais il y a quand même des questions à se poser quand trop de monde dit aimer quelque chose qu’il ne dirait normalement pas. On peut aussi tenter de trouver ladite vidéo ailleurs (youtube par exemple).  La deuxième possibilité est de vérifier le lien sur lequel on clique (en regardant le code source), peut-être pas très naturel pour beaucoup. La troisième possibilité est de quitter la session Facebook (et les autres sessions ouvertes) pour « isoler » le site contenant la vidéo. Dans ce cas après avoir cliqué sur les carrés en couleur, une nouvelle page s’ouvre et demande les informations de connexion au compte Facebook. On sait alors qu’un lien sera fait et on peut décider en connaissance de cause. Le même résultat peut généralement être obtenu en utilisant deux navigateurs différents.

Si c’est déjà fait, supprimer le lien de votre profil n’est pas suffisant. Il faut aussi ne plus aimer (expression étrange de Facebook) la page, ce que l’on peut faire par exemple ici.

Cette histoire démontre une fois de plus comme il est facile de gagner la conscience de l’internaute parce que ses amis virtuels ont fait la même expérience (apparemment positive) et parce qu’il y a quelque chose à gagner ou à voir à la fin!

Mise à jour
Dans certains cas la procédure décrite ci-dessus ne suffit pas et il faut encore se rendre sous éditer mon profil, puis activités et intérêts pour supprimer le lien vers la page qui prend likeloverr.com. La page facebook semble avoir été remplacé directement par la page externe, ce qui empêche de «ne plus aimer».