Impossible d’y échapper lorsque l’on utilise les services de Google, le géant américain met à jour, et surtout unifie, les règles de confidentialité. Une seule version des règles en matière de protection des données et de la sphère privée pour remplacer une soixantaine de textes différents, voilà qui devrait plaire. Sauf qu’avec cette modification, Google ne fera plus la distinction entre les informations récoltées pour les différents services et les informations laissées par l’utilisateur de YouTube, le moteur de recherche Google, ou encore d’autres produits Google seront combinées.

De nombreuses réactions
Depuis cette annonce les réactions n’ont pas cessées. Aux USA, ce ne sont pas moins que les avocats généraux de 36 Etats qui se sont plaint du fait que les employés gouvernementaux utilisant des téléphones avec Android ne pourront plus retirer les données partagées. Le Congrès américain a aussi demandé des explications supplémentaires.

Ces derniers jours, la CNIL française a demandé un report de l’introduction des nouvelles règles à Google, de même que le groupe Article 29. Ces autorités ont réitéré leurs demandes le 27 février et ont ouvert une enquête.

Google a toutefois confirmé l’entrée en vigueur  comme prévue demain 1er mars des nouvelles règles. Le bras de fer est lancé…